Le projet SELISI vise à développer des procédés de recyclage de la poudre issue du sciage des briques de silicium. L’objectif est d’atteindre diverses qualités de matière recyclée en vue d’une valorisation dans différents secteurs industriels comme les céramiques à base silicium et le photovoltaïque.

    Dans l’industrie photovoltaïque, la découpe des briques de silicium en wafers génère plus de 35% de pertes de matière sous forme de poudres fines. Ce matériau, fortement contaminé en éléments métalliques et éléments légers (niveaux d’oxygène et de carbone supérieurs à 1% en masse), se caractérise par une granulométrie centrée (de 1-10 µm), et une faible densité (environ 0,5 g.cm-3).

    La solution développée pour l’application photovoltaïque comporte deux étapes : un traitement chimique suivi d’une ségrégation par solidification dirigée. Elle s’attaque à divers verrous scientifiques et techniques liés à la densité du matériau à recycler et à la forte contamination en carbone et en oxygène. Les équipes du CEA à l’INES viennent d’apporter une preuve de concept de la solution envisagée. La prochaine étape sera de réaliser une démonstration à échelle pilote soit un lingot G2 d’environ 60 kg.

    SELISI, projet européen financé par la KIC Raw Materials (https://eitrawmaterials.eu/), réunit en plus des laboratoires du CEA à l’INES deux industriels du domaine : RESITEC (Norvège) spécialiste du traitement chimique de poudres de silicium et ECM Greentech (France) fabricant de fours de cristallisation.

    En savoir plus : www.selisi.eu