Intégrer une source d’énergie photovoltaïque dans l’automobile présente désormais un intérêt par exemple pour alimenter des équipements de bord, prolonger l’autonomie du véhicule électrique

    De nombreux projets de recherche ont déjà été menés, et les premiers véhicules solarisés commencent à apparaître sur le marché. La Toyota Prius annonce un apport de 2,7 km/jour en moyenne sur l’année alors que la Sion de SonoMotors produirait l’équivalent de 15 kilomètres par jour en moyenne sur l’année.

    Il reste néanmoins de nombreux verrous technico-économiques à lever parmi lesquels un faible apport énergétique, un ratio performance / coût peu avantageux, des géométries complexes pour le photovoltaïque, ou encore des barrières normatives.

    Des travaux du CEA à l’INES s’attaquent à ces questions liées à l’intégration de modules PV sur véhicules. Pour cela, un démonstrateur de véhicule électrique solaire a été réalisé au LMPI, en partenariat avec l’association EM-Project et Technopolys, centre de formation d'apprentis des métiers de l'automobile sur le quadrycicle C-Zen, du constructeur français Courb, mis à disposition par le CFA Technopolys :

    Ce prototype qui peut intégrer différentes technologies de modules permettra de tester et comparer leurs performances.